Harley-davidson — wikipédia

L’entreprise Harley-Davidson a un début modeste en 1903 quand William Harley alors âgé de 21 ans, et Arthur Davidson (en) (20 ans) construisent un prototype de bicyclette motorisée dans la cuisine de la mère de Davidson mais les vapeurs d’essence provoquent des explosions. Les deux jeunes hommes poursuivent le développement de leur engin dans le garage minuscule d’un de leurs amis, Henry Melk, à Milwaukee, qui possède un tour d’usinage [2 ].

Le père Davidson met à leur disposition son abri de jardin, atelier dans lequel ils ne produisent que trois motocyclettes les deux premières années. Ils sont aidés des frères William et Walter Davidson. Le modèle de production est la « Silent Grey », un monocylindre à soupape d’admission automatique et dépourvue de boîte de vitesses.


Puis ils fondent officiellement la société le 28 août. Le dessin du cadre est changé et la production de cette année-là est de trois engins.

En 1907, Walter Davidson devient le premier président de la Harley-Davidson Motor Company. William Harley est nommé ingénieur en chef. Arthur Davidson est chargé de la partie commerciale tandis que William Davidson dirige l’atelier. La taille de l’entreprise double. Les actions sont également réparties entre les quatre fondateurs. Dix-huit employés travaillent pour la Motor Co. Walter Davidson incite ses associés à fabriquer des motos plus grosses et plus rapides pour remporter des courses.

En 1908, Harley-Davidson fait ses débuts en compétition : Walter Davidson, âgé de 32 ans, s’engage pour l’endurance de « New York’s Catskill Mountain » avec sa Silent Grey Fellow personnelle. Il remporte en juin la course avec le score parfait de 1 000 points devant soixante-deux autres participants. Le week-end suivant, Walter gagne un Economic Run à Long Island en parcourant 188 miles avec un gallon d’essence. À la suite de ces victoires, les concessionnaires voient les ventes s’envoler. Le monocylindre délivre 4 ch et atteint 45 mph (environ 75 km/h).

En 1909, Harley-Davidson propose à la vente son tout premier bicylindre. Il est déjà en V et calé à 45°. Il produit 7 ch Les soupapes d’admission ne sont plus poussées mais culbutées comme sur le monocylindre. Le V-twin atteint 60 mph (environ 96 km/h). C’est alors la moto la plus rapide du marché. Seulement 27 V-twins trouveront preneur, alors que 1 100 monocylindres sont vendus. Le bicylindre sera retiré de la vente car il n’est pas équipé d’un tendeur de courroie, contrairement au monocylindre. Le tendeur de courroie fait alors office d’embrayage. Privée de cette pièce, la moto est un calvaire, il faut couper le moteur à chaque arrêt puis la redémarrer en pédalant.

1912 sera une grande année dans l’évolution de la marque ; le modèle X8E de 1 000 cm 3 (61 pouces 3, aussi noté 61 ci) est un succès grâce à un système d’embrayage placé dans le moyeu de la roue arrière par William Harley. Appelé « free wheel control », celui-ci est commandé de la main gauche par un imposant levier. Fin 1912, Harley-Davidson propose au choix la courroie en cuir ou une chaîne. Plus de deux cents concessionnaires sont alors répartis dans le pays.

L’une des deux sociétés fabriquant des motos à avoir survécu à la crise de 1929 fut Harley-Davidson. La société produisit encore de grandes quantités de motos des modèles WLA/WLC, XA, UA, etc., pour les forces armées américaines et alliées pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle reprit ensuite la production civile, connaissant aussi des succès en compétition. En 1932, elle commercialise un tricycle, le servi-car, une moto WL de 750 cm 3 dont l’arrière transformé supporte une malle. Il sera produit jusqu’en 1973.

Au début des années 1970, Harley-Davidson évolue peu et se cantonne à ses modèles, sans changer de conception durant de nombreuses années. Le coût et le prix deviennent élevés pour des performances qui étaient très inférieures à celles des nouveaux concurrents japonais comme Honda. Néanmoins, en 1977, Harley-Davidson surprend tout le monde en présentant la 1000 XLCR Cafe Racer. Mais elle n’aura pas le succès attendu.

Au milieu des années 1970, AMF ( American Machine and Foundry) achète la société et augmente la production, mais cette stratégie entraîne une baisse de qualité. Les ventes déclinent et l’entreprise est sur le point de faire faillite. Le nom lui-même devient l’objet de moqueries comme « à peine capable » et le titre « goret » ( hog) devient autant affectueux que péjoratif. AMF vend l’entreprise à un petit groupe d’investisseurs qui ralentit la production, introduisit des techniques de productions innovantes et améliorent la qualité. Plutôt que de se battre contre les Japonais sur leur terrain, cette nouvelle direction accentue le côté rétro et lifestyle mais apporte une excellente réputation à la firme.

En 2018, face à la guerre commerciale que se livrent l’ Union européenne et les États-Unis, Harley-Davidson prend la décision de délocaliser une partie de sa production hors des États-Unis, évaluant la perte causée par les nouvelles taxes européennes à cent millions de dollars par an [3 ]. Selon la société, accroître la production à l’étranger pourrait prendre entre neuf et dix-huit mois, via les trois unités d’assemblage au Brésil, en Inde et en Thaïlande [4 ].

La ligne Sportster (qui a débuté en 1957 pour contrer l’offensive anglaise menée principalement par Triumph) : 883, 883 Custom, 1200 Roadster (double disque avant) et 1200 Custom. Ces deux derniers ayant une puissance de 70 ch pour un couple de 109 Nm à 3 300 tr/min. Les modèles 2007 sont équipés d’une injection électronique qui améliore la régularité du couple et la consommation.

La marque Buell a été fondée par un ancien ingénieur de Harley-Davidson, Erik Buell (en). Elle se distingue par une architecture très sportive, avec amortisseur et échappement sous un moteur de Sportster amélioré, notamment par l’adjonction, sur certains modèles (X1), d’une injection électronique, allant de 900 à 1 200 cm 3. Les modèles les plus récents XB12S et XB12Ss développent une puissance de 100 ch. Depuis 2002, les Buell sont équipées de moteurs exclusifs à Buell : un monocylindre de 500 cm 3 installé sur le modèle Blast et un bicylindre 900 cm 3 installé sur la XB9. Ce dernier a ensuite été porté à 1 200 cm 3 sur les modèles XB12. Ces moteurs Buell conservent l’architecture originale issue du moteur du Sportster mais n’ont plus grand-chose de commun avec le Sportster dont sont toujours équipées les Harley-Davidson. La marque a été rachetée par Harley-Davidson en 1998 et a disparu en novembre 2009.

Le fonctionnement est le suivant : le premier cylindre brûle son mélange. Puis le mélange de l’autre cylindre s’enflamme à 315° dans le cycle. Ensuite il y a un angle de 405° jusqu’à ce que le premier piston réintervienne. Cela donne le son spécial « pop-pop…pop-pop…pop-pop », comparable à celui des sabots d’un cheval sur des pavés. Les amateurs appellent ce son « Po-tato-Po-tato ».

Avec chaque mouvement de ses pistons, le moteur et le système d’échappement tout entier basculent de l’avant à l’arrière. Toute la moto tremble comme si elle grelottait, au point que la roue avant semble sautiller au ras du sol. Les lourdes pulsations qu’il transmet au pilote au ralenti se transforment en un sourd roulement de tambour à chaque montée de régime. Le tout accompagné d’une sonorité aussi profonde que présente. Cependant, pour améliorer le confort et la fiabilité, les moteurs les plus récents sont équipés d’arbres d’équilibrage, ou montés sur des silentblocs (système Isolastic développé par Buell).

En 2001, Harley-Davidson présente un tout nouveau bloc-moteur. C’est toujours un bicylindre en V, mais il est, pour la première fois chez le constructeur de Milwaukee, à refroidissement liquide. D’une cylindrée de 1 130 cm 3, il est appelé Revolution et conçu en partenariat avec Porsche. La gamme de motos utilisant ce moteur s’appelle la VRSCA V-Rod.